Anéantir ses peurs (et celles des autres) de devenir nomade

Banniere de l'article

C’est quand commence le processus de transformation du rêve de devenir nomade à la réalité que les craintes, les peurs, arrivent.  Tu vas être comme Raiponse quand elle sort de sa tour, entre envies, désirs, excitations et peurs, craintes, impossibilités voire même culpabilité ! Et ça va possiblement être pire quand tu vas prévenir tes proches. Puisqu’à ce moment-là tu devras gérer leurs craintes en plus des tiennes.

Suivant ton environnement, tes choix seront plus ou moins compris et acceptés. Tu peux ne pas être soutenue et cela peut venir plomber ton moral qui en cascade va compromettre ton projet.

Il faut une nouvelle fois prendre de la hauteur. Il faut être solidement ancré dans ses bottes de 7 lieux. Dans ta tête, petit dragonnet ça va chambouler. Mais une chose est sûre, aucune crainte ne justifie de renoncer à cette vie alors let’s go au dégommage en règle de ces peurs avec le petit Bojo Confrérie Nomade qui va bien.

Ne prendre que ses craintes de devenir nomade, pas celles des autres

1re chose à faire, ne pas s’encombrer.

Ce que tu t’apprêtes à faire n’est ni compliqué ni long. Mais comme cela va à contre-courant de la société et de ce que nous avons appris, tu t’en fais alors une montagne. C’est normal et légitime, mais une montagne c’est déjà bien compliqué à déplacer. Alors tu ne peux pas, ne dois pas même et j’irai jusqu’à dire que tu n’as pas la capacité à prendre également les cailloux voir les gros rochers de tes proches.

Tu vas dire à ces gens, aussi intimes soient-ils que cette phase de transition n’est déjà pas simple pour toi. Que tu comprends qu’ils aient peur, mais tu assumes tes choix et tu n’as de l’énergie que pour être focus sur ton projet.

Donc soit, ils sont là pour t’aider, te soutenir et donc te rassurer sur tes capacités à emmener un tel projet à son terme.

Soit, pour une bonne entente et ne pas risquer de se fâcher, ils ne disent pas un mot, acceptent et se taisent. Oui, oui c’est la formule polie, mais tu as le droit si tu es aligné avec ça de leur dire de la fermer aussi, tout simplement. Je te laisse gérer c’est toi le boss.

Devenir nomade est un risque à prendre

Le risque zéro n’existe pas, je ne peux pas dire le contraire, mais tu as plus de chance de vivre une chose incroyable qu’une chose horrible. Depuis 2014 de vie sur les routes, nous n’avons pas eu grand-chose en péripéties. Rien de vraiment notable pour être souligné, aucune qui nous ont fait regretté même un seul instant notre choix.

Bon, ça, c’est un témoignage d’une personne, telle une discussion de comptoir, mais je ne connais personne qui a stoppé cette vie par regret de l’avoir commencé.
J’en connais par lassitude, par envie d’autres choses, qui se sont expatriés, oui, mais pas le regret d’être devenu nomade un temps ou toujours.

L’astuce bujo confrérie nomade pour contrer ses craintes

 

Pour arriver à voir que tu ne risques pas grand-chose, je te partage mon astuce zen.

J’ai un exercice que je pratique quand tout d’un coup je suis assaillie de craintes.

Je crois me souvenir de l’avoir lu dans la semaine de 4 h de Tim Ferris et depuis c’est mon mantra zénitude.

Dis en passant c’est un super livre, je te le recommande.

Imagine le pire des scénarios, vraiment le truc qui te fait peur de chez peur ! Note-le et ensuite, en face tu vas noter toutes les solutions que tu trouves pour chacune des pires hypothèses.

Je te montre le principe :

À ton tour maintenant, tu peux prendre ton cahier, une feuille ou bien notre visuel crainte/solution.

Grâce à cet exercice que tu peux extrapoler pour tout dit en passant, tu vas voir que tu as toujours une solution.

Par exemple, je l’ai fait récemment, car je commençais à sentir le stress négatif monter en moi, vis-à-vis de ce que j’entreprends avec Confrérie Nomade. Je devais arrêter mon activité rémunératrice de formatrice en rédaction web dans un centre de formation, un revenu stable et plutôt bon, car je n’allais pas avoir assez de temps pour développer comme le mérite Confrérie Nomade.
J’ai donc noté ma crainte de rater, ma crainte financière ; puis pourquoi je l’avais, car j’ai souvent été le moteur financier de la famille, puis toutes les solutions, Dimitri qui peut assumer seul les dépenses de la famille, me révéler professionnellement et enfin faire ce projet de cœur, l’accomplissement et le travail de toutes ces années à imaginer ce projet.

C’est devenu très clair, je me suis inscrite à des formations pour développer la communauté en choisissant Instagram comme plateforme de prédilection. J’ai tout lâché et je fédère d’une belle manière. Le projet prend, avance et se consolide. La suite devient réalité et l’outil va devenir aussi gros qu’imaginé.

Nous avons toujours, oui, toujours des solutions, jamais nous ne sommes dans l’impasse. De par cet exercice au lieu de te focaliser sur ce qui ne va pas, sur tes peurs et risqué de te démoraliser.

Tu vas te focaliser sur les solutions, tes solutions, comment surmonter ces peurs et donc agir au lieu de rester cacher sous ta couette !

Je suis sure que tu es une personne qui a envie d’œuvrer, tu as juste besoin de savoir comment faire, c’est tout et je suis là juste pour te donner des clefs, car tu as déjà toutes ces facultés en toi. Il suffit de les laisser s’exprimer.

De plus, tu ne peux pas savoir ce qui va se passer, ce n’est pas vrai, bon sauf si tu as des dons de voyance, mais dans ces cas-là, tu ne serais pas là, car tu saurais déjà que tu vas y arriver. Tu dois alors accepter de lâcher prise, ne pas maîtriser toutes les situations. Sans être inconscient, tu dois avoir confiance en toi, en tes capacités à trouver des solutions, tu vas t’en sortir quoiqu’il arrive, car c’est le propre de l’être humain. En principe et dans la majorité des cas, de toute façon, tout se passe bien même très bien. Comme dirait mon ami Norbert Dragonneau, qui dit en passant à vraiment le nom pour cet article, « s’inquiéter c’est souffrir 2 fois » ou un truc dans ce genre.

Dans les autres cas moins gais, tu agiras pour trouver la solution. Mais tu les trouveras ! Fais-toi confiance ! Ou si c’est compliqué, fais confiance en la vie, fais confiance à tous ceux qui sont nomades. Pour la plupart, ils n’avaient plus de choses pour toi, ils ont juste osé et se sont rassurés avec le temps.

 

Par ce que je sais que l’inconnu est souvent source de fantasme, et que tu as l’astuce zénitude pour swiper tes craintes. Allons péter les idées reçues et les pensées limitantes que tu peux avoir sur cette vie nomade mon petit dragonnet ou celles que tes proches peuvent avoir. Une véritable antisèche pour couper l’herbe sous le pied des mauvaises pensées ou des rageux inactifs.

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires.

Vous devez être connecté pour partager un commentaire